Les jeux-vidéo. Un danger ? 7


hqdefault

 

Ce n’est pas d’aujourd’hui. Les jeux-vidéo ont souvent été pointé du doigts et souvent en tord par les médias ou politiciens. Autant nous avons, nous, communautés de joueurs, détournés les propos pour en rire, autant des fois, le fait de se faire sans cesse descendre au statut de drogués peut agacer.

C’est exactement ce qu’il se passe en ce moment à cause d’une pub. Le CJC, Consultations Jeunes Consommateurs, met en cause l’addiction aux jeux-vidéo au même niveau que l’alcool, le cannabis, le tabac et même la cocaïne !

Autant pour une fois, ce n’est pas l’orthographe qui nous gène, autant c’est réellement gênant de voir ce « jeux-vidéo » placé en sandwich entre deux drogues durs.

 

Addictions-les-Consultations-Jeunes-Consommateurs-trop-meconnues_large_apimobile

 

Pour ceux qui souhaitent voir la vidéo, je vous laisse l’admirer (herm) ici :

Pauvre Nico, les préjugés des joueurs à l’état pur, il est passé par tous les états.

 

Et si plus sérieusement, nous enlevons notre (super) skin de joueurs et laissons nous place à la raison. Est-ce que, réellement, cette pub est mensongère ?

J’ai réfléchis quelques temps à la questions. Et personnellement, je pense que c’est un oui mais un non aussi.

Je m’explique. Le jeu vidéo est addictif, ce qui est addictif peut-être dangereux. Même si ce n’est pas au niveaux de ces drogues durs, le jeu-vidéo peut avoir des côtés négatifs. Il est vrai qu’avec le temps, certaines personnes ne pensent qu’à jouer, se renferment et peuvent devenir violent quand ils sont en « manque » mais le gamer n’est surtout pas un terroriste et à par son clavier (sa souris ou sa manette), un joueur ne touchera rien d’autre comme armes. Ces effets négatifs ne se retrouvent pas que chez les joueurs, ils se retrouvent chez les mordus de lecture, les artistes et tout autres passionnés. Et pourtant, ils ne sont pas remis au rangs de drogue.

 

Alors pourquoi les jeux vidéo sont forcément ciblé et remis en cause ?

Le monde du jeu-vidéo, ce n’est pas que ça ! C’est de l’éducation, eh oui ! Il ne faut pas oublier que la plupart des gamers connaissent pas mal de mots anglais par exemple, les jeux ne sont pas forcément tous traduit. Les jeux de tirs sont d’excellents pour stimuler les réflexes, les casses-têtes sont parfait pour la mémoire, les jeux d’aventures sont parfait pour la créativité. Il y a tellement de choses positives dans cet univers, que vraiment, personnellement, je pense qu’ils n’ont pas leur place aux côtés de ces drogues qui arrachent la vie à des personnes chaque années. C’est un gros amalgame que de considérer les joueurs comme des gens violent et psychopathe.

Je suis donc CONTRE et RÉVOLTÉ de cette publicité qui nous met au même niveau que des drogués détruit avec le temps… Je suis désolée mais non. Même si je comprends que le terme drogués soit large, il y a quand même des limites.

Je tenais quand même m’exprimer à ce sujet, car il est important, parfois, de défendre sa cause et d’en parler ouvertement pour faire comprendre aux « opposants » que, non, les jeux vidéo ne sont pas et ne rendent pas violent.

 

et vous alors, vous pensez quoi de cette campagne de pub ?

N’hésitez pas à réagir à cet article par commentaires mais aussi en le partageant.

 

On se retrouve très bientôt, sur Callmeflowie.com 😉

Logo-CallMeFlowieVecto2


Laisser un commentaire

7 commentaires sur “Les jeux-vidéo. Un danger ?

  • mysilentrealm

    Très intéressant ton article ! Je suis complètement d’accord avec toi Flowie. Surtout cette phrase, que je trouve très juste : « Ces effets négatifs ne se retrouvent pas que chez les joueurs, ils se retrouvent chez les mordus de lecture, les artistes et tout autres passionnés. Et pourtant, ils ne sont pas remis au rangs de drogue. ». Ma seconde passion est la littérature, et il m’arrive parfois de rester scotchée pendant plusieurs heures à mon bouquin, au même titre qu’un jeu ! Mais vu que la lecture est considérée comme un passe-temps plus « noble culturellement » que le JV, on ne crache pas dessus… Et je trouve ça vraiment lassant et agaçant cet acharnement après les JV. Tout est une question de mesure, il faut apprendre à se réguler. Pour les enfants, ce sont aux parents d’apprendre à leurs enfants les limites à ne pas dépasser pour préserver leur santé/vie sociale/pro. J’ai eu de la chance d’avoir des parents très tolérants vis à vis des jeux vidéo, ils ne m’ont jamais brimée ou quoi que ce soit, ils faisaient juste attention à ce que les jeux auxquels je jouais ne soient pas trop choquants, et quand j’abusais (à comprendre, quand je passais toute la nuit sur mon MMO préféré ou sur mes consoles), ils me coupaient Internet ou me piquaient un fil en passant (et oui, aussi simple que ça haha). C’est sûr que si on laisse un gosse de 7-8 ans jouer toute la journée sans s’arrêter à Call of, c’est pas terrible, il faut pas s’étonner des répercussions après … Pour ce qui est de la violence, pour moi rejeter la faute sur les jeux vidéo c’est se cacher les yeux. Il y a des personnes plus instables que d’autres, qui ont besoin de suivi, c’est tout … Et si on censurait la violence de tous les supports culturels, ce serait vraiment triste. Et les jeux vidéo ne sont pas les seuls concernés, le cinéma, la littérature, les BD, l’animation … Il y a des oeuvres destinées à un public mature qui n’ont rien à faire entre les mains d’enfants. Encore une fois c’est aux parents de faire attention.

    • Peb

      Entièrement d’accord avec toutes les deux! Comme toi silentrealm je lis aussi énormément, et mes parents ont toujours été compréhensifs vis-à-vis de ma passion pour les jeux vidéo. Mais comme toute activité pratiquée à outrance, un sentiment d’addiction et de manque peut se faire sentir, et c’est le propre de l’être humain. Le tout est d’être éduqué, sans pour autant que les parents diabolisent ou bien craignent à l’excès les jeux vidéos. Je me rappelle d’ailleurs que certains été mon père m’engueulait car je passais 5 à 6 h par jour à lire des bouquins, et que je ne parlais à personne. C’est une dérive qui est bien souvent attribuée au jeu vidéo et pointée du doigts, mais trop rarement pour d’autres pratiques dites nobles comme la lecture 😉 Dans tout les cas je trouve cette publicité assez scandaleuse, car ce que le grand public en retiendra ce sont les clichés véhiculés « sa mère le voit comme ça, son père ainsi, etc…) alors que ce qui me semble vraiment important dans cette pub c’est les dernières images au CJC, où dans tout les cas on se retrouve face à des ados qui ont l’air vraiment bien dans leur peau, sains, et loin des représentations, que ces consultations ont aussi pour but de briser. Mais la pub est vraiment très très mal construite!

  • yoyo

    Les jeux videos peuvent rendre violent uniquement les personnes instables ou les enfants qui ne dissocient pas toujours la differences entre irl et ingame. C est pourquoi il existe Pegi mais personne ne respecte ce code pas meme les revendeurs et parents. Sinon dire que le jeu est une addiction et peut etre dangereux Oui mais peut etre pas au meme niveau que les autres drogues citees je pense 🙂

  • Remi (@RemiElisa)

    je trouve ce sujet assez intéressant car je viens de faire un exposé pour le bac sur l’addiction au jeu d’argent chez les jeunes. On peut comparer ces deux produits qui peuvent rendre « addict ». j’en avais conclu avec les jeux d’argent que ce n’était qu’une minorité des jeunes qui devenait addict, et je pense que c’est la même chose pour les jeux vidéos sauf que c’est un peu plus développé. Je pense qu’il faut faire la nuance entre jouer régulièrement et être addict aux jeux vidéo, faire la nuance entre jouer pour le plaisir, pour s’amuser, pour rencontrer d’autres personnes, pour apprendre des choses et puis jouer parce que c’est un besoin vital. J’ai envie de dire que oui il faut créer des centres d’aides pour les joueurs dépendants, mais il faut aussi dire que ceci ne touche qu’un minorité des jeunes et donc il ne faut montrer que les jeux vidéos sont dangereux d’une manière générale, car ils aident d’autre part à l’imagination, l’épanouissement, l’éducation de la personne, ce qui est une bonne chose. Cependant prévenir des risques liés à des sessions longues et régulières de jeu est aussi une bonne chose.

  • A. "Sifink" Joris

    Que l’on réduise les jeux-vidéo au niveau de la drogues alcool et JEUX d’argents.. je trouve cela pas normal. Par contre, aujourd’hui que l’on en parle, c’est normal. Certains(Certaines) passe leurs vies sur des jeux-vidéo à en détruire leurs vie.. Pas forcement comme un mec qui aurait trop bu ou un drogués qui ce ruine dans les deux termes ou encore, des gens qui ce ruine aux jeux d’argents.

    D’ailleurs, dans cette vidéo.. on met jeux-VIDÉO et jeux-D’ARGENTS dans le même panier.. Ce qui es deux chose différentes. (La vision des potes voyant Nico jouer au poker est juste fausse. Le poker malgré que cela soit jouable sur un pc.. n’est pas un jeux VIDÉO.)

    Je vois que certains(Certaines) parle « des œuvres destinées » à un « public mature » qui n’ont rien à faire entre « les mains d’enfants ».. beaucoup d’histoires (Plutôt violente) parle d’enfants qui sont devenu plus ou moins violent à cause des jeux-vidéo.. mais une grande majorité parle d’adulte qui eux contrairement aux enfants passent vite à l’actes.

    Après, je suis d’accord que certains parents devraient être plus responsable. Les éditeurs les aident en ajoutant des signaux.

    Enfin bon, verdict, je suis contre cette vidéo pour avoir ajouté les jeux-vidéo dans un panier ou d’autres choses sont bien plus grave.. mais aussi, confondre les jeux-VIDÉO et jeux D’ARGENTS.. Par contre je suis pour, le fait qu’on propose aux jeunes à parler avec une personne (Pas forcement un Psy..et pas forcement de leur addiction aux jeux-vidéo..) peut prévoir les problèmes d’enfants violent.